974 reunion
 
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
Réunina 974Réunina 974   FAQFAQ PortailPortail   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


La contraception
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    974 reunion Index du Forum -> BIEN ETRE -> Santé
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 07:55 (2007)    Sujet du message: La contraception Répondre en citant

L'anneau contraceptif

NUVARING


Molécule(s) :
Ethinylestradiol
Etonogestrel

Classe thérapeutique
:
Contraceptif estro-progestatif

Laboratoire(s)
:
Organon


Indications:
NUVARING est un contraceptif destiné à empêcher la survenue d'une grossesse.

Informations pratiques :
NUVARING est délivré seulement sur ordonnance.

NUVARING est un dispositif présenté sous la forme d'un anneau qui se place dans le vagin pour une durée de trois semaines. Un délai de 7 jours doit être respecté entre le retrait de NUVARING et la mise en place d'un nouvel anneau.

NUVARING peut être mis en place par la femme elle-même. Entre le premier et le cinquième jour des règles, NUVARING doit être pincé et inséré dans le vagin dans la position la plus confortable : debout avec une jambe relevée, accroupie ou couchée. Il est bien inséré lorsque la femme ne perçoit aucune gêne et son action contraceptive s'exerce quelque soit sa place dans la vagin.

Si NUVARING vient à être expulser accidentellement (lors du retrait d'un tampon par exemple), il peut être rincé à l'eau tiède (mais pas chaude) et ré-inséré immédiatement ou plus dans les 3 heures sans perte d'efficacité.

NUVARING doit être retiré après trois semaines, le même jour de la semaine à la même heure. Il peut être retiré soit en attrapant l'anneau en passant l'index sous l'anneau, soit en saisissant l'anneau entre l'index et le majeur pour le sortir. Une hémorragie de privation apparait dans les 2-3 jours suivants le retrait. Un nouvel anneau devra être replacé une semaine après le retrait du précédent.

En cas d'oubli :

- Si l'anneau a été laissé plus de 3 heures hors du vagin, l'efficacité contraceptive peut être réduite. La femme peut remettre l'anneau au plus vite. Une méthode contraceptive supplémentaire devra être utilisé pendant les 7 jours suivants.

- Si l'anneau a été laissé en place entre 3 et 4 semaines, l'efficacité contraceptive est assurée. La femme peut respecter un intervalle de 7 jours sans anneau et insérer un nouvel anneau.
- Si l'anneau a été laissé en place plus de 4 semaines, il est possible que l'effet contraceptif soit réduit. Il faudra vérifier l'absence d'une grossesse avant la pose d'un nouvel anneau.


Mode d'action:
NUVARING a une activité contraceptive liée à plusieurs mécanismes, le principal étant l'inhibition de l'ovulation.

Effets secondaires
Les effets secondaires de NUVARING les plus fréquemment rencontrés avec NUVARING sont : acné, céphalées, migraines, dépression, instabilité émotionnelle, baisse de la libido, douleurs abdominales, nausées, prise de poids, problèmes liés au dispositif (problèmes pendant les rapports sexuels), douleurs abdominales (gynécologiques), sensation de tension mammaire, événements liés au dispositif (par exemple, expulsion, problème pendant les rapports sexuels et sensation de corps étranger), dysménorrhée, leucorrhées, gêne vaginale, vaginites.

Contre-indications /
Précautions d'emploi
:
NUVARING est contre-indiqué en cas d'allergie à l'un des constituants, en cas d'antécédent ou d'accident ou de facteurs de risque thrombo-embolique veineux (phlébite...) ou artériel (AVC, infartus), en cas d'affection hépatique sévère en cours ou passée tant que les paramètres de la fonction hépatique ne sont normalisés, en cas de diabète sucré avec atteinte vasculaire, en cas de tumeurs hormonodépendantes, en cas de tumeurs hépatiques bénignes ou malignes et d'hémorragies génitales.

NUVARING n'est pas indiqué pendant la grossesse, ni l'allaitement.

Interactions
médicamenteuses
:
Des médicaments ayant des propriétés inductrices sur les enzymes du cytochrome P450 peuvent accélérer l'élimination de NUVARING et le rendre moins efficace. Ce sont par exemple : phénytoïne, phénobarbital, primidone, carbamazépine, rifampicine, et aussi oxcarbazépine, topiramate, felbamate, ritonavir, nelfinavir, griséofulvine et produits contenant du millepertuis. Les femmes traitées à long terme avec ces médicaments devront utiliser une autre méthode contraceptive. En cas de traitement ponctuel avec un de ces produits chez une femme qui porte NUVARING, une méthode mécanique (préservatif masculin ou féminin) devra être employée pendant la durée du traitement et jusqu'à 28 jours après son terme.

La prise d'antibiotiques des familles des pénicillines et des macrolides peuvent nuire à l'efficacité de NUVARING. En cas de traitement ponctuel avec un de ces produits chez une femme qui porte NUVARING, une méthode mécanique (préservatif masculin ou féminin) devra être employée pendant la durée du traitement et jusqu'à 7 jours après son terme. Si le traitement dépasse les 3 semaines du cycle, l'anneau suivant devra être inséré immédiatement sans l'intervalle habituel de 7 jours.(source doctissimo)


Image Hosted by ImageShack.us


Dernière édition par Créo le Jeu 17 Mai - 09:41 (2007); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 07:55 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 07:58 (2007)    Sujet du message: Les contraceptifs oraux Répondre en citant

Les contraceptifs oraux


CONTRACEPTIFS ORAUX(source doctissimo)



Image Hosted by ImageShack.us


Dernière édition par Créo le Jeu 17 Mai - 09:05 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 08:01 (2007)    Sujet du message: Les implants contraceptif Répondre en citant

L'implant contraceptif


implanon

Molécule(s) :
Etonogestrel

Classe thérapeutique:
Contraceptif implantable progestatif à longue durée d'action.

Laboratoire(s) :
Organon


Indications :
IMPLANON est un contraceptif implanté sous la peau pour empêcher la survenue d'une grossesse.

Informations pratiques
IMPLANON est délivré seulement sur ordonnance.

IMPLANON est un bâtonnet flexible non biodégradable. Il est implanté dans le tissus sous-cutané par le médecin à l'aide d'un applicateur spécifique. Après anesthésie locale, il est placé dans la face interne du bras non dominant 6-8 cm au dessus du pli du coude.

IMPLANON permet d'assurer une contraception efficace pendant 3 ans mais peut être retiré à tout moment par le médecin. L'insertion d'un nouvel implant immédiatement après le retrait assure une contraception continue.

Mode d'action :
En freinant les hormones hypophysaires, IMPLANON empêche l'ovulation.

Effets secondaires :
Les effets indésirables les plus fréquemment rencontrés avec IMPLANON sont : acné, perte de cheveux, maux de tête, vertiges, humeur dépressive, instabilité émotionnelle, nervosité, modification de la libido, baisse de l'appétit, douleur abdominale, nausée, flatulences, modification du poids, sensation de tension mammaire, vaginite, dysménorrhée, saignements irréguliers, symptômes pseudogrippaux, douleur, asthénie, bouffées de chaleur, douleur au site d'insertion, réaction au site d'insertion.

Contre-indications /
Précautions d'emploi
:

IMPLANON est contre-indiqué en cas d'allergie à l'un des constituants, en cas d'accident thrombo-embolique veineux évolutif (phlébite...), en cas d'affection hépatique sévère en cours ou passée tant que les paramètres de la fonction hépatique ne sont normalisés, en cas de tumeurs progestogènes-dépendantes et d'hémorragies génitales.

IMPLANON contient un progestatif pouvant entrainer la masculinisation du foetus chez la femme enceinte. Si une grossesse survient au cours de l'utilisation de IMPLANON, il devra être retiré

Interactions
médicamenteuses
:
Des médicaments ayant des propriétés inductrices sur les enzymes du cytochrome P450 peuvent accélérer l'élimination de IMPLANON et le rendre moins efficace. Ce sont par exemple : phénytoïne, phénobarbital, primidone, carbamazépine, rifampicine, et aussi oxcarbazépine, topiramate, felbamate, ritonavir, nelfinavir, griséofulvine et produits contenant du millepertuis. Les femmes traitées à long terme avec ces médicaments devront utiliser une autre méthode contraceptive. En cas de traitement ponctuel avec un de ces produits chez une femme qui porte IMPLANON, une méthode mécanique (préservatif masculin ou féminin) devra être employée pendant la durée du traitement et jusqu'à 28 jours après son terme.

IMPLANON peut également lui-même réduire l'efficacité d'autres médicaments comme la ciclosporine.

Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien avant de prendre un autre traitement.
(source doctissimo)


Image Hosted by ImageShack.us


Dernière édition par Créo le Jeu 17 Mai - 09:03 (2007); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 08:04 (2007)    Sujet du message: les stérilets Répondre en citant

MULTILOAD
perso, je ne mettrai pas un de cela lol :roll:

ET

NOVA T

Image Hosted by ImageShack.us


Dernière édition par Créo le Jeu 17 Mai - 09:02 (2007); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 08:11 (2007)    Sujet du message: Les spermiides Répondre en citant

Les spermicides

ALPAGELLE


CHLRORURE DE BENZALKONIUM

GENOLA

PATENTEX

PHARMATEX

SEMICID



Image Hosted by ImageShack.us


Dernière édition par Créo le Jeu 17 Mai - 08:58 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 08:49 (2007)    Sujet du message: le préservatif masculin Répondre en citant

Le préservatif masculin

La seule contraception locale masculine est le préservatif. La "capote", généralement en latex, a l'avantage d'offrir en même temps qu'une contraception efficace, une bonne prévention de la transmission des maladies sexuellement transmissibles. C'est important, surtout pour celles ne disposant pas de traitement curatif : le Sida, les hépatites B et C.

Correctement utilisé, le préservatif n'offre pas une efficacité contraceptive de 100 %. Il est habituel de le considérer comme moins "sûr" qu'une pilule ou un stérilet, mais meilleur qu'un spermicide.

Une partie des grossesses non désirées survenant malgré l'utilisation du préservatif est le fait "d'accidents" - fuites ou déchirures du préservatif - habituellement détectés immédiatement par le couple. Il apparaît donc important de rappeler l'existence de la contraception d'urgence qui peut être délivrée sans ordonnance en pharmacie et qui est particulièrement indiquée dans ce cas.


Image Hosted by ImageShack.us


Dernière édition par Créo le Jeu 17 Mai - 08:57 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 08:52 (2007)    Sujet du message: le préservatif féminin Répondre en citant

Le préservatif féminin

En vente depuis le début des années 1990 dans plusieurs pays européens et aux Etats-Unis, le préservatif féminin est disponible en France depuis le deuxième trimestre de l'année 2000. Ce nouvel outil de contraception protège également des maladies sexuellement transmissibles (MST). Sans latex, utilisable avec des lubrifiants, il peut "rester" en place longtemps avant et après le rapport...

Le préservatif féminin est en fait une sorte de gaine munie d’un anneau souple à chaque extrémité. L’anneau intérieur, situé du côté fermé, sert à l’insertion et au maintien du préservatif. L’anneau extérieur, plus grand, recouvre les organes génitaux externes. Le préservatif mesure 170 millimètres de long sur 78 mm de diamètre. En polyuréthanne, il est plus fin mais néanmoins plus résistant que le latex utilisé pour le préservatif masculin. Il est lubrifié et à usage unique.

Est-il efficace ?

Le préservatif féminin n’est disponible en France que depuis peu. Outre un problème de définition des normes de sécurité, ce retard sur le marché français est du à l’attente par le Gouvernement des résultats d’études poussées sur sa fiabilité en tant que méthode de contraception et de protection contre les MST. Le préservatif féminin a d’ailleurs passé ces tests avec succès : 99,2 % d’efficacité contraceptive pour une utilisation systématique et correcte, barrière efficace contre les agents responsables des MST (virus de l’herpès, virus de l’hépatite B, virus du sida…).

Où le trouver ?


Afin de le rendre plus accessible, son fabricant le vend quasiment à prix coûtant, soit six francs environ. Chez certains distributeurs, vous pouvez donc le trouver à ce prix ; ailleurs le prix de vente unitaire est d’environ dix francs. Pour l’instant, il est disponible dans un grand nombre de plannings familiaux mais dans quelques dizaines de pharmacies seulement. Certains médecins peuvent également le proposer.

Mode d’emploi

Pour placer le préservatif féminin, il faut être dans une position confortable (assise, couchée ou debout avec un pied posé sur une chaise). En sortant le préservatif, évitez de le déchirer avec les ongles ou des bagues. Pressez ensuite l’anneau intérieur entre le pouce et l’index et insérez le dans le vagin le plus loin possible. Placez ensuite l’index à l’intérieur du préservatif, afin de pousser l’anneau intérieur jusqu’au fond. L’anneau externe doit rester en dehors du vagin. Le préservatif est en place. Lors du rapport, il faut juste vérifier que le pénis entre bien dans le préservatif. Pour le retirer, tournez l’anneau extérieur afin de le fermer (pour empêcher le sperme de couler). Il suffit alors de tirer doucement pour enlever le préservatif.



Avantages

D’après son fabricant, le préservatif féminin présente de nombreux avantages :

* Plus solide que le préservatif masculin, il est donc moins sujet aux déchirures éventuelles ;
* Il peut être mis en place longtemps avant le rapport (jusqu’à plusieurs heures), ce qui n’interrompt pas les préliminaires ;
* Il prolonge l’intimité, puisqu’il n’est pas nécessaire de le retirer aussitôt après éjaculation ;
* Il ne comprime pas le sexe masculin ;
* Il permet une meilleure sensation tactile et il est bon conducteur de chaleur ;
* N’étant pas en latex, il ne provoque pas d’allergie ;
* Il est possible d’ajouter tout type de lubrifiant (pas uniquement les lubrifiants aqueux), même s’il est déjà lubrifié.

Ce préservatif offre notamment aux femmes une meilleure maîtrise des moyens de prévention, dans la mesure où la protection ne fait plus forcément intervenir le partenaire masculin. D’un point de vue plus pratique, il procurerait une sensation de propreté, le sperme restant à l’intérieur. L’anneau extérieur, par son frottement sur le clitoris, permettrait d’atteindre l’orgasme plus rapidement.

Inconvénients

Si toutes les utilisatrices semblent satisfaites du préservatif féminin, certaines soulignent quelques inconvénients. Ainsi, le préservatif féminin, nécessite un brin de pratique, trois ou quatre essais avant de parvenir facilement à le placer. Il est donc conseillé de s’entraîner seule avant la première utilisation ! Le fabricant précise d’ailleurs que ce préservatif "ne peut être proposé qu’aux femmes ayant déjà eu des rapports et ayant une bonne connaissance de leur anatomie". D’autres utilisatrices soulignent le fait que le préservatif féminin peut parfois s’avérer bruyant lors des rapports…(source doctissimo)


Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 09:14 (2007)    Sujet du message: cape cervical Répondre en citant

Les capes cervicales

Destinées là encore à offrir un obstacle mécanique à la progression des spermatozoïdes, les capes cervicales qui coiffent le col utérin sont habituellement associées à un gel spermicide. Fabriqués en caoutchouc siliconé (Femcap® qui peut rester en place 48 heures) ou en silicone (Cape Oves® disponible en France, qui peut n'être retirée qu'au bout de trois jours), ces dispositifs présentent peu de risque de déplacement lors des rapports et sont ainsi d'une bonne efficacité contraceptive. Ils nécessitent une certaine habitude pour leur mise en place et leur retrait.



Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 09:16 (2007)    Sujet du message: le diaphragme Répondre en citant

Le diaphragme

La contraception localeLe diaphragme est un disque en latex bordé d'un ressort métallique circulaire que la femme place elle-même, après avoir appris la technique de pose avec un médecin, dans son vagin avant le rapport. Il en existe de tailles différentes et il est conseillé d'y associer l'utilisation d'un spermicide.

Une fois en place, le diaphragme prend place entre le cul-de-sac vaginal postérieur et la fossette rétrosymphysaire pubienne en avant. Il recouvre ainsi la face antérieure du vagin et le col utérin et présente un obstacle à la progression des spermatozoïdes vers l'utérus.

Son efficacité contraceptive est comparable à celle du préservatif masculin, et elle est surtout fonction de la motivation de l'utilisatrice et des conseils d'utilisation prodigués par le médecin.

Sur le plan de la protection contre la transmission des MST, le diaphragme, qui ne recouvre pas la totalité du vagin, a une efficacité inférieure à celle du préservatif masculin, même lorsqu'il est utilisé avec un gel spermicide.


Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 09:20 (2007)    Sujet du message: La contraception Répondre en citant

Contraception conventionnelle ou naturelle



Nos grands-mères ne disposaient pas de méthodes de contraception "modernes" mais ne faisaient pas toutes pour autant huit enfants. Elles essayaient tant bien que mal d'écouter leur corps et ses cycles menstruels et géraient avec leur mari leur fertilité. Certaines femmes ont encore recours à ces méthodes dites conventionnelles ou naturelles. Attention l'efficacité n'est pas garantie…

Ces techniques sont basées sur l'interruption de l'acte sexuel avant l'éjaculation ou sur l'abstinence pendant la période fertile.

Le contrôle de l'acte sexuel

La technique du retrait ou coït interrompu avec éjaculation extra-vaginale est une méthode contraceptive utilisée depuis l'antiquité. Cela n'en fait pas, loin s'en faut, la contraception la plus efficace. Outre qu'elle ne protège pas d'éventuelles infections sexuellement transmises, le risque de grossesse, estimé par l'indice de Pearl, varie de 10 à 20 (soit un risque statistique de 10 à 20 grossesses en un an pour cent femmes utilisant cette méthode).

Les échecs peuvent être expliqués par plusieurs éléments :

* Mauvais contrôles de l'éjaculation ;
* Persistance de spermatozoïdes dans l'urètre après l'éjaculation. En cas de nouveau rapport suffisamment rapproché du précédent, ces spermatozoïdes "résiduels" sont excrétés dans le vagin en même temps que les sécrétions urétrales qui précèdent l'éjaculation ;
* En cas de glaire cervicale abondante et fluide, les spermatozoïdes déposés sur la vulve peuvent y trouver un milieu suffisant pour débuter leur migration et remonter ainsi tout le vagin jusqu'au col de l'utérus.

Les techniques prévisionnelles

Différentes techniques basées sur la détection de la période fertile du cycle menstruel ont été diffusées largement dans le monde entier depuis des décennies. Elles ont comme point commun l'abstinence périodique.

L'intérêt de ce mode de contraception, qui ne présente aucune contre-indication médicale et qui est préconisé par certaines instances morales ou religieuses, est de permettre aux femmes d'accroître leurs connaissances de la physiologie de la reproduction pour mettre en application l'un ou l'autre des moyens. Il oblige les deux membres du couple à s'impliquer dans le contrôle de leur fertilité, ce qui peut apparaître comme le gage d'une meilleure communication au sein de ce couple.

Si l'on met de côté l'obligation de l'abstinence (qui peut être contournée par l'utilisation d'une autre contraception, un préservatif par exemple, durant la période fertile) l'inconvénient majeur de ce mode de contraception est son taux d'échec. Il est certes fonction de la méthode employée, mais il tient surtout au niveau de connaissances physiologiques de la femme et à la motivation du couple. Il est donc habituel de réserver ce mode contraceptif aux couples stables et motivés.

Plusieurs méthodes sont basées sur ce principe de détection de la période fertile.

* La méthode du calendrier (méthode Ogino-Knaus)
L'étude de plusieurs cycles menstruels antérieurs permet de déterminer chez une femme la période péri-ovulatoire durant laquelle les rapports sont proscrits. C'est le moyen le moins fiable, et il nécessite au minimum des cycles réguliers.

* La méthode des températures
Elle utilise comme marqueur de l'ovulation le décalage thermique de 0,5°C qui se produit au moment de l'ovulation. Pour éviter une grossesse, le couple doit s'abstenir de tout rapport sexuel durant la première partie du cycle, c'est-à-dire entre le premier jour des règles et le troisième jour consécutif de température élevée.

* La méthode de la glaire cervicale (méthode Billings)
Elle s'appuie essentiellement sur l'observation des modifications de la qualité de la glaire cervicale au cours du cycle menstruel. L'abstinence doit débuter dès qu'apparaît une glaire abondante et filante et être respectée jusqu'à trois jours après sa disparition.

D'autres techniques combinent au moins deux des techniques précédentes. Cela a pour but d'en améliorer la fiabilité et également de tenter de diminuer la période d'abstinence.

Enfin, signalons un appareil individuel commercialisé en France depuis quelques années sous le nom de Persona®. De taille réduite, il permet de déterminer la période ovulatoire par détection des variations hormonales dans les urines. Il peut donc être utilisé pour repérer les jours d'abstinence, mais il est également proposé comme une aide à la procréation pour optimiser les rapports fécondants.

Si les méthodes naturelles sont encore utilisées, il est important de rappeler qu'elles ne permettent pas de se sentir à l'abri d'une grossesse non désirée.(source doctissimo)
Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 09:36 (2007)    Sujet du message: la contraception chirurgicale Répondre en citant

Contraception chirurgicale

La ligature des trompes

La stérilisation féminine est une intervention chirurgicale destinée à rendre les trompes imperméables et ainsi à empêcher la rencontre des gamètes (ovocyte et spermatozoïdes). Elle est couramment appelée ligature des trompes.
Réalisée autrefois après ouverture de l'abdomen ou par voie vaginale, la ligature des trompes est actuellement effectuée par voie coelioscopique ou encore au cours d'une césarienne. L'obturation des trompes peut être réalisée avec du fil non résorbable ou à l'aide de clips ou d'anneaux.

Nouvelle méthode moins contraingante, la méthode ESSURE


Tout comme les autres méthodes de stérilisation, cette technique est irréversible. Cependant, elle se distingue par son mode opératoire. En effet, sa réalisation ne nécessite pas d'interruption de la vie sociale et professionnelle, puisqu'elle s'exécute en ambulatoire (pas d'hospitalisation) et permet une reprise très rapide des activités habituelles.

Le principe repose sur la pose d'un implant dans les trompes de Fallope qui provoque leur obstruction par le développement d'une fibrose. Ces conduits sont normalement empruntés par l'ovule pour rejoindre l'utérus et les spermatozoïdes. Leur obturation rend donc impossible la fécondation. L'avantage principal est que cette opération se réalise par les voies naturelles, sans anesthésie, ni incision et ne laisse donc aucune cicatrice. La stérilisation est effective au bout de trois mois. L'implant a l'apparence d'un petit ressort contenant des fibres de polyéthylène. Une fois implantés dans les trompes, les fibres de polyéthylène entraînent une réaction inflammatoire localisée, produisant un tissu fibreux qui va obstruer complètement la trompe au terme de trois mois. Le temps de pose des implants est d'environ une demi-heure, mais un praticien expérimenté peut la réaliser en une dizaine de minutes. Se faisant préférentiellement durant la première phase du cycle, la pose s'accompagne d'une anesthésie locale, mais l'expérience tendrait à montrer qu'elle ne serait pas utile. Un anti-inflammatoire (sous forme de comprimé ou de gel appliqué sur le col et, éventuellement, un antalgique avant l'intervention) serait suffisant.

Durant les trois mois suivant l'opération, la femme devra poursuivre sa contraception habituelle. Au terme de ce délai, un contrôle radiographique sera effectué par le médecin pour confirmer la bonne disposition des implants. En cas de doute, un examen complémentaire (une hystérosalpingographie) sera effectué pour vérifier l'obturation des trompes.

Quelques précisions

Les contre-indications de cette méthode sont : la grossesse, le post-partum immédiat, la présence d'infections, de malformations de l'utérus ou des trompes, de tumeurs et de saignements inexpliqués, d'allergie aux produits de contraste ou enfin la prise de corticoïdes (ou d'autres traitements immunosuppresseurs).

Comme toutes les procédures médicales, Essure® n'est pas dénué de risques. Les études ont permis de noter que dans de rares cas, la pose des implants n'était pas possible sur les deux trompes (2,6 % des cas), nécessitait parfois deux interventions (6 % des cas) ou que la technique ne permettait pas une stérilisation définitive (2,6 % des cas). Le jour de l'intervention (ou quelques jours plus tard dans de rares cas), quelques effets secondaires le plus souvent limités au jour de la pose ont été notés (douleurs, crampes utérines, saignements, étourdissements).



En pratique

Concrètement, le médecin va dans un premier temps introduire l'hystéroscope en franchissant le col de l'utérus. Il introduit ensuite un liquide physiologique pour élargir la cavité utérine et repérer l'abouchement des trompes de Fallope à celle-ci (les ostium). Enfin, il introduit le cathéter Essure dans le canal de travail de l'hystéroscope et place un implant à l'intérieur de chaque trompe.



La vasectomie

Vasectomie : qu'est ce que c'est ?


La vasectomieLe sperme est produit dans les testicules et stocké dans une partie de l'épididyme. Durant le rapport sexuel, le sperme quitte l'épididyme par les canaux déférents et sera mélangé à d'autres composants pour former l'éjaculat. La vasectomie consiste en une ligature et une section des canaux déférents, ainsi l'éjaculat ne contient plus de sperme et est donc infertile. Cette opération simple entraîne une stérilisation définitive.

Deux grandes techniques existent actuellement :

* La plus fréquente consiste en deux petites incisions dans le scrotum ou bourses), préalablement insensibilisé par anesthésie locale. Les canaux déférents sont coupés et une petite partie peut être retirée.
* Une seconde méthode, utilisée par les chirurgiens chinois depuis 1974, est utilisée dans d'autres pays depuis la fin des années 80. Cette technique est dite de "vasectomie sans bistouri". Après anesthésie du scrotum, une petite ouverture est pratiquée avec une pince aux extrémités acérées, l'ouverture est progressivement agrandie et la totalité de l'intervention se déroule à travers une ouverture si petite qu'il n'est pas même nécessaire d'avoir recours à des points de suture pour la refermer. Ainsi, cette méthode entraîne moins de risques d'hématomes, de douleurs et de fièvre que la première méthode.

Quelle que soit la méthode, elle ne nécessite pas une hospitalisation très longue et l'opération dure tout au plus une dizaine de minutes.

Quelques précautions

Avant d'envisager une vasectomie, il faut être absolument sûr de ne plus souhaiter un enfant. A l'instar de la ligature des trompes chez la femme, il convient de considérer cette méthode comme une stérilisation définitive. Il y a quelques cas où, chez certaines personnes, une nouvelle intervention peut entraîner un retour à la fertilité. Mais ces cas sont rares, d'autant plus que contrairement à ce qui se passe chez la femme, la vasectomie peut entraîner le développement de réaction immunitaire vis à vis du sperme. L'apparition d'anticorps anti-spermatozoïdes anéantit donc tout espoir de procréation. Ainsi, encore plus que chez la femme cette opération doit être considérée comme définitive.

La seule alternative à une procréation post-vasectomie est la possibilité pour l'homme de stocker du matériel génétique par cryopréservation dans une banque du sperme pour un usage ultérieur. Cette option reste néanmoins coûteuse.

Quels sont les effets secondaires ?


L'efficacité de la vasectomie est très importante. Cependant sur un très petit pourcentage de patients (entre 1 et 3 %), une re-canalisation spontanée des canaux déférents peut être observée.

Ainsi, pour être sûr du succès de la vasectomie, les patients sont invités à effectuer différents spermogrammes postopératoires après un certain délai. Si l'analyse de l'éjaculat conclut à une absence de spermatozoïde, la stérilisation sera confirmée.

La vasectomie n'affecte en rien la production d'hormones masculines (en particulier la testostérone) responsables des caractères sexuels secondaires (barbe, musculature masculine, voix grave…). Cette opération n'a donc aucune influence sur la libido et les capacités sexuelles.

Comme pour toute opération chirurgicale, des complications postopératoires peuvent survenir dans de rares cas : hématomes, douleurs non infectieuses ou infections. Cependant, la vasectomie entraînerait 20 fois moins de complications que la ligature des trompes chez la femme et elle enregistrerait 10 à 37 fois moins d'échec. De plus, son coût est nettement moins important.

Mais son principal désavantage est paradoxalement lié à son efficacité. Comme nous l'avons déjà souligné, cette opération doit être considérée comme une stérilisation définitive. Ainsi, un souci extrême doit être accordé aux conseils préopératoires, en particulier chez des patients de jeune âge. En effet, pour des raisons personnelles (décès d'un enfant, remariage, etc.), le patient peut demander à redevenir fertile. Même si la reperméabilisation de vasectomie peut être un succès, elle peut ne pas entraîner de retour de fertilité pour cause de réaction immunitaire décrite précédemment.(source doctissimo)
Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
MSN
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 09:40 (2007)    Sujet du message: La contraception Répondre en citant

le patch contraceptif

" L’administration d’estrogènes ou de progestatifs à travers la peau (voie " transdermique ") est couramment employée, depuis de nombreuses années, pour traiter les maladies bénignes des seins (Progestogel) ou pour le traitement substitutif de la ménopause (estrogènes en gel ou sous forme de timbres). Il était donc logique de chercher à mettre au point une association d’estrogènes et de progestatifs qui ait une efficacité contraceptive.

L’avantage de cette voie est évident :

1° l’administration transdermique est indépendante de la digestion, ce qui permet d’éviter les échecs de pilule en cas de maladie faisant vomir ou empêchant de boire et manger (gastro-entérite) ; cela permet aussi d’administrer des doses d’hormones moins importantes, car les hormones ne sont pas en grande partie détruites au passage par le foie, comme c’est le cas de celles qui sont prises en comprimés ;

2° l’administration transdermique peut être prolongée pendant plusieurs jours, ce qui libère de la contrainte du comprimé quotidien.

Un timbre autocollant (ou " patch ") contenant un estrogène et un progestatif, efficace pendant une semaine a été commercialisé aux États-Unis sous le nom de Ortho-Evra en 2001 [en France, il se nomme " Evra ", tout simplement]

Comment agit-t-il ?


Comme une pilule combinée : il délivre une association estro-progestative dans le sang, qui bloque l’ovulation. Le patch actuellement disponible aux États-Unis délivre des doses d’hormones comparables à celles des pilules combinées Cilest et Effiprev car il contient des composants similaires.

Comment l’utilise-t-on ?

Le patch est collé sur la peau bien et sèche et changé au bout d’une semaine (au maximum : 9 jours). La quatrième semaine, la femme ne met pas de patch et ses règles apparaissent. Le patch peut être collé soit sur l’épaule, soit dans le dos, soit sur le ventre, soit à la partie supérieure de la fesse. Il ne doit jamais être collé près d’un sein. Quand la femme change de patch, elle doit coller le patch suivant à un autre endroit, de manière à ne pas entraîner d’irritation de la peau.

Quand peut-on commencer une contraception par patch ?

Comme une pilule : le 1er jour des règles. Si on le commence plus tard, il faut utiliser des préservatifs pendant les 7 premiers jours. Si on l’utilise en relais d’une autre contraception, on peut le commencer n’importe quand et interrompre l’autre contraception (pilule combinée, par exemple) ensuite.

Est-ce qu’on peut se baigner et prendre une douche ? Oui, bien sûr : le patch est conçu pour cela (comme le sont ceux du traitement substitutif de la ménopause). Il n’est pas " indécollable ", bien sûr, mais il résiste à l’eau. L’utilisation de crèmes (solaires, en particulier), en revanche, favorise le décollement du patch. Si jamais il se décolle, il suffit de le remplacer dès que possible par un autre patch.

Quels sont les effets secondaires ?

Les mêmes que ceux d’une pilule combinée, puisque les hormones contenues dans le patch sont celles que contiennent les pilules combinées Cilest et Effiprev. On peut penser qu’en raison du passage transdermique et de la plus faible dose contenue dans le patch, certains effets seraient moins marqués, mais cela dépend probablement plus de la sensibilité de l’utilisatrice que du patch lui-même. Deux effets secondaires spécifiques ont été observés avec le patch :
- des saignements intermittents ou " spotting " un peu plus fréquents que sous pilule pendant les deux premiers mois de traitement (ils ont disparu ensuite).
- des décollements partiels ou totaux pour 5% des timbres utilisés.

Qui peut l’utiliser ?

A priori, toutes les femmes qui utilisent déjà une pilule combinée et qui s’en en sont satisfaites, mais qui trouvent la prise quotidienne fastidieuse, mais aussi
- les femmes qui l’oublient régulièrement ou sont susceptibles de l’oublier
- les adolescentes qui veulent utiliser une contraception discrète et sans contrainte (porter un patch est plus discret que prendre un comprimé chaque jours, surtout si les parents ne sont pas au courant) ; comme le dosage est équivalent à celui des pilules à 35 µg d’éthinyl-estradiol, on peut penser qu’il est suffisant pour bloquer l’ovulation même chez les très jeunes femmes.

Qui ne peut pas l’utiliser ?

Les femmes qui ne peuvent pas prendre une pilule combinée, et en particulier celles qui ont un antécédent familial ou personnel de phlébite (caillot dans une veine) ou d’embolie pulmonaire (caillot dans une artère pulmonaire) ; les fumeuses de plus de 35 ans et les femmes qui ont fumé pendant plus de 15 années consécutives.

Quels sont les limites et inconvénients de cette méthode ?

A première vue, un patch n’a que des avantages par rapport à une pilule combinée, mais quand on se trouve devant un médicament nouveau, soit par sa forme, soit par sa composition, il faut parfois deux ou trois années avant de bien connaître les inconvénients et/ou incidents qui n’ont pas été prévus lors des expérimentations par le fabriquant, et qui ne peuvent apparaître qu’à l’usage. (source martin wickler)


Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
MSN
celinou
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2007
Messages: 97
Localisation: TOULOUSE
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 06:03 (2007)    Sujet du message: La contraception Répondre en citant

bonjour2

je viens donner un témoignage sur l'imlant contraceptif dit implanon.

Normalement pour l'implant avant de le mettre le medecin doit prescrire la pillule cérazette (le même dosage que l'implant) pour savoir si on le tolère ou pas.
Moi biensur n'étant pas au courant mon gygy ne m'a rien dit et ne m'a rien prescrit donc on m'a posé direct l'implan.
La pose ne fait pas mal, on nous prescrit un patch anesthésian, moi mon gygy n'a pas voulu que je le mette et même sans ça fait pas mal. après pour le retrait je sais pas je vous direz ça ds quelques semaines....

Moi je suis très mécontente de l'implan car au début de la pose j'ai eu mes regles non stop pendant 3 mois, mon gygy m' a dit que c'était normal sacarstic qu'il fallait que mon corps s'habitue, bon je n'ai rien dit j'ai dit ok!!!
puis les mois qui ont suivi je n'ai pas eu de regle pendant près de 3mois, à vrai dire la j'étais super contente content1 mais ma joie est vite retombé quand j'ai eu mes regles non stop pendant un mois col5 donc de là je suis retourné voir gygy de là il m'a prescrit de l homéopathie ça a marché une fois après rebelotte pas de regle pendant 3 mois puis un mois de regle non stop et j ai duré comme ça pendant 2 ans et demi entre temps j ai changé de gygy car malgré tous ça il ne voulait pas me l enlever col5, j'ai galéré pour trouver un nouveau gygy qui veut bien me l'enlever.

là mon nouveau gygy j'ai pri rdv pour qui l'évalue a quel profondeur il est implanté si trop profond il ne peut pas l enlever trist*3 ....


EN CONCLUSION : je déconseille l'implanon c'est clair qui fait révé mais bcp de femme au tour de moi on soit des petits saignements non stop, soit comme moi. donc c'est vraiment la galère cette implant pt1cl3
le seul point positif pour les femmes qui le tolère très bien c'est absence de regle total ou 1 fois par mois !!!


bonjour3
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Créo
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2007
Messages: 1 704
Localisation: toulouse
Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre
Genre: femme

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 08:06 (2007)    Sujet du message: La contraception Répondre en citant

bonjour2 celinou

pfff punaise quelle galére d'avoir des régles pendant 3 mois voir 1 mois ! c'est trop et anormal ! ton gygy, aurait dû réagir autrement et ça aurait dû l'alerter plus que ça !donc si c'est trop profond, tu vas rester à vie avec cet implanon dans le bras ?! peur* en plus toi qui veut avoir des enfants, quand on n'est pas aménorée, y'a pas de fécondation, si je ne dis pas de bêtise, fais gaffe....moi je prône le stérilet, c'est la liberté total, je l'ai depuis décembre décembre 2006 car je n'avais pas envie de reprendre la pilule, trop contraignant, oublie et me donne envie de vomir 2544*/ , alors si tu réusis à enlever cet implan, met toi un stérilet c'est plus cool...bon j'avoue avoir une crainte pour le retrait gty*/ déjà lorsqu'il me l'a mis j'ai eu la trouille !
Image Hosted by ImageShack.us
Revenir en haut
MSN
celinou
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2007
Messages: 97
Localisation: TOULOUSE
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 12:35 (2007)    Sujet du message: La contraception Répondre en citant

bonjour2 créolite

non en fait si c'est trop profond ben je vais être dirigé vers une clinique pour une petite intervention chirugicale rien de bien méchant mais au touché pour moi ça à l'air bon, je pense qu'il pourra l'enlever (j'espère ange1* ). puis de toute façon l'implant dure 3 ans après les 3 ans ça marche plus !!

pour le stérilet j'aimerai bien mais cela me fait un peu peur, mais je me demande s'il ne faut pas avoir déjà eu une grossesse pour en mettre un hjuio*
comment se passe la pose hjui*

autrement je vais revenir à la bonne vielle méthode la pillule, j'étais passé à l implant car le gygy de l'époque m'avait fait rever le fait qu'il n'y avait plus de prise, absence de regle...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:41 (2016)    Sujet du message: La contraception

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    974 reunion Index du Forum -> BIEN ETRE -> Santé Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
-- Template created by dav.bo=> GreyStylus --